Régulation

Contrôle des normes de régulation dans l’option binaire

La nécessité de régulation dans l’option binaire permet de se méfier des arnaqueurs. Pourtant, cela ne signifie pas que tous les courtiers non-régulés sont des arnaqueurs.

Les défauts des non-régulés

La non-régulation d’un site de trading en ligne est très dangereuse surtout pour l’investisseur. En effet, on dit toujours que ce sont des arnaqueurs. Et pourtant, ils ne le sont pas forcément. Toutefois, entrer dans ce cadre est très risqué. Bien qu’il soit attirant, le site présente de grande probabilité de perte pour l’investisseur. Tout  d’abord, on ne peut pas porter plainte dans l’éventualité où le client se fait arnaquer. Ce n’est pas le cas des sites régulés. Ensuite, étant donné qu’il n’est pas forcé de travailler dans la transparence, il est possible que le courtier utilise les capitaux de ses clients pour des fins personnelles. Enfin, il est possible que l’usager ait des difficultés dans l’acquisition de ses gains. C’est une stratégie pour que le client continue à miser sur des transactions jusqu’à sa perte.

Qui assurent les contrôles ?

L’AMF et la CySEC sont deux organismes qui assurent le contrôle des brokers régulés. Commençons par l’AMF. Son domaine d’intervention est principalement sur le marché français. Il a pour attribution d’effectuer des contrôles sur les transactions financières y compris celles en ligne. Il protège les clients en leur offrant de nombreux conseils et en prenant en considération leurs plaintes. Il a alors l’obligation de mener une enquête et attribuer la sanction correspondant au délit du courtier. Il doit aussi signaler les brokers qui ne sont pas fiables et qui sont douteux. Pour la CySEC, son domaine d’intervention se situe sur le marché de l’île de Chypre. Il peut réguler les sites d’options binaires. Cet organisme insiste surtout sur la distinction des biens du courtier et des capitaux de l’investisseur afin d’éviter les vols. Il est à noter qu’il est le seul à pouvoir donner une licence aux sites.